C Critique

Série télé

House of Cards, l’éthique du diable

Politiste

L’ultime saison de House of Cards continue d’explorer la part obscure de la démocratie américaine, cette fois menée par une femme présidente, dans une atmosphère crépusculaire hantée par la mort. Spoiler alert : la disparition de l’acteur phare de la série ne lui a pas fait perdre son mordant, les épisodes se succédant dans une plongée sans retour dans les arcanes du mal radical.

Publicité

Jusque-là, House of Cards se présentait comme l’envers sombre de la présidence Obama, l’expérience à éviter d’un criminel occupant le poste suprême. Avec l’élection de Donald Trump, la vision décalée et fantastique que la série entendait porter a été rattrapée par la manière inédite et improbable qu’a eu le nouveau président d’occuper son rôle. L’actrice Robin Wright, qui joue Claire Underwood, a ainsi déclaré à la fin de la cinquième saison que Trump avait « volé toutes leurs idées pour la saison 6 ». La brutalité du président, sa carrière sulfureuse d’homme d’affaires,...

Emmanuel Taïeb

Politiste, Professeur à Sciences Po Lyon