C Critique

Littérature

« Je me suis toujours été un autre » – à propos de Romain Gary dans la Pléiade

Critique Littéraire

Pourquoi était-ce si compliqué pour Gary d’être Gary ? Parce qu’il était pris d’ « une fringale de vie, sous toutes ses formes et dans toutes ses possibilités, que chaque saveur goûtée ne faisait que creuser davantage.» Près de quarante ans après son suicide, l’entrée dans la Pléiade de Romain Gary indique combien le snobisme intellectuel qui voyait en lui un écrivain tout juste truculent s’est atténué.

À la question « Ce que je voudrais être », du questionnaire de Proust, Gary répondait : « Romain Gary, mais c’est impossible ». Mireille Sacotte cite cette phrase dans son introduction aux deux volumes des œuvres de Gary qu’édite ces jours-ci La Pléiade. Elle met en valeur la liberté d’un écrivain qui s’est inventé beaucoup de noms et de vies. « Qu’est-ce que c’est, pour toi, être juif ? Une certaine façon de me faire chier » : avec son judaïsme aussi, voire surtout avec lui, Gary jouait à cache-cache. La façon dont Gary botte en touche dans ce passage de La Nuit sera calme met en valeur une constante de l’œuvre garyenne, l’esquive.

Publicité

La réunion de ses romans et récits à une époque, la nôtre, où l’assignation identitaire est devenue une obsession, fait apparaître le contraste entre l’intelligence qu’avait l’écrivain des zones grises, des nuances, des incertitudes, et une vision du monde qui s’impose aujourd’hui pour laquelle rien n’existent en dehors du blanc et du noir. Lire Pseudo et Vie et mort d’Emile Ajar à la s...

Virginie Bloch-Lainé

Critique Littéraire