Virginie Bloch-Lainé

Critique Littéraire

Virginie Bloch-Lainé est critique littéraire. Elle écrit pour Libération et produit des émissions et des documentaires pour France Culture (A voix nue, Une vie, Une oeuvre, La Série documentaire).

Ses publications sur AOC

lundi 19.10.20

Critique

Mystérieuse turbulence – sur L’Anomalie d’Hervé Le Tellier

par

Dans son nouveau roman, L’Anomalie, Hervé Le Tellier représente des personnages en prise avec leur double, mais de trois mois plus âgé. De cette situation loufoque découle une série de péripéties délectables, dont le comique est accentué par la myriade de pastiches glissés çà et là. Mais le livre ne se réduit pas à une succession d’exercices de style, c’est un beau roman sur l’amour, cette impasse dans laquelle nous ne cessons de nous engager en connaissance de cause perdue.

lundi 07.09.20

Critique

Vie de femme – à propos de Fille de Camille Laurens

par

À la manière des textes autobiographiques les plus réussis, le nouveau livre de Camille Laurens brosse un portrait collectif à partir d’un médaillon de famille. Fille, c’est tout une femme et qui les vaut toutes. C’est aussi tout un homme, car Camille Laurens n’oublie pas la moitié de l’humanité. Fille est une chronique de la France des années 1960 jusqu’à la France actuelle, sous l’angle du féminin. Le style cinglant et l’humour noir de l’auteure règlent les comptes.

lundi 27.07.20

Critique

Rêver son père – à propos de Papa de Régis Jauffret

par

Avec Papa, Régis Jauffret surprend. Habitué des récits imaginaires, l’auteur des Microfictions entreprend ici de raconter son propre père, Alfred. Ce dernier, muré dans la surdité depuis l’enfance, est quasiment incapable de nouer des relations avec autrui et en particulier son fils. À grand renfort d’imagination, Régis Jauffret va pourtant choisir de dresser le portrait de ce curieux géniteur dont il ne sait finalement pas grand chose. D’une plume dénuée de pathos, parfois cruelle, souvent drôle, et tendre malgré tout, l’écrivain livre ainsi un splendide roman sur la figure du père Rediffusion du 6 janvier 2020

vendredi 17.07.20

Critique

La Seine des souvenirs – sur L’Or du temps de François Sureau

par

François Sureau est aussi original que son nouveau livre, L’Or du temps. Classique et surprenant, l’homme de droite que chérit la gauche, s’y révèle capable de disserter sur la philosophie politique de Babar comme des relations entre de Gaulle et Bernanos. Sous couvert de descendre la Seine depuis la source jusqu’à la mer, François Sureau livre un récit à la première personne qui pourrait aussi bien être qualifié de roman, tellement la fiction l’habite.

jeudi 11.06.20

Critique

Écrire l’aventure sur tous les fronts – sur l’œuvre de Joseph Kessel

par

« Je donne peut-être à mes enquêtes le mouvement du roman parce que je les ai vécues comme un roman, comme un drame. » Cette phrase de Joseph Kessel illustre bien l’œuvre romanesque protéiforme d’un écrivain aventurier, voyageur et engagé. Dans un style parfois lyrique et hyperbolique, il s’efforce de décrire le monde qu’il a parcouru, les milieux qu’il a fréquentés, les expériences qu’il a vécues (la guerre, la Résistance). Retour sur un écrivain souvent méprisé à tort, au moment où paraissent deux volumes et un album de La Pléiade.