C Critique

Musique

Flashes d’un cauchemar froid – en hommage à Moon Martin

Journaliste

Qu’est-ce qui fait un bon « songwriter rock » : de bonnes mélodies, une structure singulière et accrocheuse, de bons textes ? Ou ces trois talents réunis, accouchant d’un tout qui vaut encore mieux que chaque partie ? Moon Martin était clairement ce héros qui excellait en tout. Hommage au Saint Laurent ou au Hergé du rock, disparu le 11 mai dernier.

Les articles nécrologiques regrettant la disparition de John David Martin (dit Moon Martin) ont dit l’essentiel : sa ressemblance avec Woody Allen (les lunettes !), l’origine de son pseudo venant de la présence fréquente de la lune dans ses textes, la fragilité « féminine » de sa voix, ses influences vintage (Buddy Holly, Chuck Berry, les Beatles…), ses chansons reprises par Mink DeVille (Cadillac walk, Rolene), son tube planétaire par Robert Palmer interposé (Bad case of loving you), son tube français par lui-même (Bad news), les journalistes les plus « pointus » allant jusqu’à rappeler que même notre Johnny national avait chanté du Moon (Victim of romance devenu Victime de l’amour)…

publicité

Oui, ces articles ont dit l’essentiel, mais au sens Wikipédia du terme, c’est-à-dire qu’ils ont aussi loupé l’essentiel : rendre vraiment justice à ce petit maître du rock, chanter une dernière fois les louanges qu’il méritait. Car tout seco...

Serge Kaganski

Journaliste, Critique de cinéma