C Critique

Littérature

Description fleuve – à propos du Pont de Bezons de Jean Rolin

Journaliste

Pendant un an, Jean Rolin a effectué des promenades le long des berges de la Seine entre Melun et Mantes. Attentif à tout jusqu’au moindre détail, sensible à l’étrangeté, pointant les marques du passé dans les paysages contemporains, l’écrivain fait le récit méticuleux de ce qu’il a vu. Résultat : Le Pont de Bezons est un beau livre d’aventure du regard.

Il faut parfois peu de chose pour déclencher le projet d’un livre. Quelques phrases rencontrées dans un roman, par exemple. Peut-être cet extrait d’Aurélien – Jean Rolin ne le précise pas, mais son importance dans cette affaire n’a pas dû être négligeable pour que l’auteur le place en exergue : « Personne ne s’avisait de marcher le long de la Seine. Pourquoi l’aurait-on fait ? Et qui ? Les gens sont raisonnables. Cela n’a pas de sens de marcher le long de la Seine. Après il faut revenir. On est bien avancé ».

publicité

Si cette citation d’Aragon a eu un effet déclencheur, c’est par effet rebours. Elles narguent quiconque a l’esprit de contradiction. Jean Rolin n’en est pas dépourvu, pas plus qu’il n’est raisonnable. Le Pont de Bezons se propose en effet de « mener sur les berges de la Seine, entre Melun et Mantes, des reconnaissances aléatoires, au fil des saisons, dans un désordre voulu », entre l’été 2018 et l’été 2019. Le pont qui donne le titre, point de départ des explorations, se situant à équidistance de ces deux villes.

De tous les livres d...

Christophe Kantcheff

Journaliste, Critique