A Analyse

Ecologie

Libérer l’écologie de l’imaginaire effondriste

Philosophe, Ingénieur agronome

Selon l’Indice planète vivante, publié jeudi par le Fonds mondial pour la nature (WWF), la chute de la biodiversité s’est accélérée dans le monde, et 68 % des populations d’animaux sauvages auraient disparu entre 1970 et 2016. Des chiffres qui renforcent la conviction qu’un effondrement global, uniforme et synchrone nous attendrait inévitablement. Cet imaginaire effondriste, ou collapsologie, a progressivement colonisé la pensée écologiste au point d’en devenir le seul horizon, et de la priver de tout sens politique.

Selon un sondage très souvent cité, 65 % des Français jugeraient que « la civilisation telle que nous la connaissons actuellement va s’effondrer dans les années à venir ». Qu’entendent-ils exactement par « s’effondrer » ? Le sondage ne le précise pas. Mais il incite à croire que l’effondrement est la conviction partagée d’une majorité de Français. Objet d’une théorie particulière, la collapsologie, popularisée, notamment, par les livres de Pablo Servigne ou d’Yves Cochet, l’effondrement tend à devenir la référence commune de la pensée écologique.

publicité

Sans doute, dans la galaxie écologique,...

Catherine Larrère

Philosophe, Professeur émérite à l'université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, Spécialiste de philosophie morale et politique.

Raphaël Larrère

Ingénieur agronome