C Critique

Art Contemporain

Méthodologie de surface – à propos de l’exposition « La Vie des tables » au Crédac

Critique d'art

Présenter « l’endroit où les intuitions prennent forme » : tel est le dessein de l’exposition « La Vie des tables » qui se tient au Crédac. Ainsi, la table de travail de l’artiste devient table de cuisine, table de montage, table d’opération ou encore table à langer – tout en faisant écho à la table du télétravailleur confiné. Manière de s’interroger sur le « comment habiter », aussi bien que sur le « comment produire », en vue de faire de l’espace domestique un lieu proprement sien, un lieu d’appropriation et de singularisation au sein d’une communauté tant esthétique que politique.

Un drôle d’objet traîne sur le plateau dédié à la présentation du travail de Thomas Teurlai dans l’exposition « La Vie des tables »[1] à Ivry-sur-Seine. Il s’agit d’une œuvre réalisée pendant le confinement au sein de l’atelier collectif du Wonder installé à Nanterre. P.A.P.R (Powered Air Purifying Respirator) réunit pêle-mêle un Baise en ville composé entre autres d’un ventilateur, d’un thermos et d’une batterie au lithium, d’un Bâton de peste sous-titré « prothèse auto-désinfectante » ou encore d’un Piège à rat, qui associe une sangle à cliquet et une mâchoire de chien en fonte d’aluminium.

publicité

Cet improbable assemblage illustre avec brio l’étonnante entreprise du Crédac en cette rentrée artistique. Elle annonce le pr...

Léo Guy-Denarcy

Critique d'art