C Critique

Littérature

Pompiers de papier – sur Considérations sur le homard II de David Foster Wallace et Et si on arrêtait de faire semblant ? de Jonathan Franzen

Critique

Deux recueils d’essais viennent d’être traduits de l’anglais : le deuxième tome de Considérations sur le homard de David Foster Wallace et Et si on arrêtait de faire semblant ? de Jonathan Franzen, deux grands romanciers américains – et deux amis – qui ont en partage un regard sur le monde d’une rare lucidité. Ce qui en fait aussi de grands essayistes, c’est-à-dire, selon Franzen, des pompiers « dont la mission, quand tout le monde fuit les flammes de la honte, est de s’y précipiter ».

Conjointement cet automne, et chez le même éditeur, paraissent deux recueils d’essais de deux écrivains et amis qui ont comme formé le tandem post-postmoderne du XXe siècle finissant et du premier XXIe siècle : David Foster Wallace et Jonathan Franzen. Chacun est l’auteur à sa façon d’un magnum opus qui a marqué son temps, L’Infinie comédie (1996) pour Wallace et Les Corrections (2001) ou Freedom (2010) pour Franzen : ce qu’on nomme un « Grand Roman Américain » ou GAN (« Great American Novel »), œuvre majeure censée sécréter l’essence sociale, économique, linguistique et culturelle de l’Amérique à un moment-clef de son histoire, telle l’épopée d’Homère pour les Grecs ou celle de Virgile pour les Romains.

publicité

La spécificité de ces deux romanciers-là toutefois, est qu’ils se connaissaient très bien, se parlaient beaucoup, s’écrivaient abondamment et que l’un (Wallace) est même devenu, sous des trai...

Béatrice Pire

Critique, Maîtresse de conférences-HDR en littérature américaine