O Opinion

Italie

Cinq étoiles ou l’extension de la démocratie

Sociologue

Un « séisme », c’est sans doute le terme le plus couramment employé pour décrire l’arrivée en première position du Mouvement Cinq Étoiles lors des élections générales en Italie la semaine dernière. Un terme à la hauteur de la surprise et de l’inquiétude de beaucoup de commentateurs. Et si cela ne venait simplement montrer que les démocraties ne semblent pas encore prêtes à se laisser bousculer par leurs citoyens ?

Publicité

 

Lors des élections législatives italiennes du 4 mars dernier, le mouvement Cinq étoiles (M5S) est devenu, après huit années d’existence, la première force politique du pays. Cette formation, qui se présente officiellement comme un « non-parti », sans chef, sans siège et sans doctrine, poursuit une double ambition : mettre fin à un système des partis notoirement corrompu et rendre le pouvoir aux citoyen.ne.s. Le M5S a participé à ses premières élections législatives en 2013 ; et, de façon totalement inattendue, a réuni 25% des votants, envoyant ainsi 162 « inconnu.e.s » siéger au Parlement et au Sénat, avec pour mandat le refus de toute compromission et de toute alliance avec les autres partis. Et durant toute la législ...

Albert Ogien

Sociologue, Directeur de recherche au CNRS – CEMS