A Analyse

Numérique

Les géants tech ou l’avènement de quasi-États

Écrivain et Entrepreneur

Le 12 mars 1989 naissait Internet. À l’occasion de ce 29e anniversaire, son inventeur Tim Berners-Lee s’est ému du « bug » que constitue selon lui la toute-puissance de ceux qu’on appelle désormais communément les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft). Une toute-puissance qui pèse sur le réseau au point de faire désormais concurrence aux États.

L’image a marqué les esprits. Marc Zuckerberg, fondateur et PDG du F de l’acronyme GAFA, annonce qu’il part en tournée à travers les États-Unis, alors que son entreprise, accusée de toutes parts d’avoir joué un rôle décisif dans l’élection présidentielle américaine et le Brexit, refuse obstinément de prendre acte du pouvoir exorbitant qu’elle possède désormais sur l’attention et les esprits d’un tiers de l’humanité. La contradiction n’est pas anodine et « Zuck » ne peut en être dupe : Facebook n’est plus l’outil de notation des plus beaux étalons du campus de Harvard, ce n’est plus un simple réseau social. Plus encore que ses pairs technologiques, c’est désormais une organisation d’un genre nouveau dont nous ne cessons de mesurer l’indomptable puissance.

La compréhension des ressorts de cette puissance est indispensable pour que les États, démunis face aux preuves quotidiennes leurs propres limites, reprennent en mains leur destin, ainsi que celui de leurs citoyens.

Diana Filippova

Écrivain et Entrepreneur, Co-fondatrice de l'agence éditoriale Stroïka