O Opinion

International

Le Mur de Berlin n’est pas tombé

Géographe

Dans le nouveau gouvernement allemand, il n’y a qu’une seule ministre originaire de l’ex-Allemagne de l’Est. Et c’est loin d’être anodin. Malgré presque trente ans de réunification, les inégalités entre «Ossis» et «Wessis» persistent, dans les faits et dans les esprits. Que reste-t-il à accomplir pour achever la chute du mur ?

Publicité

Depuis trois mois, l’Allemagne dispose enfin d’un gouvernement. La chancelière Angela Merkel peut s’appuyer sur une nouvelle « grande coalition » entre chrétiens-démocrates (CDU et CSU) et sociaux-démocrates (SPD) et sur une équipe ramassée de 15 ministres. Il s’en est fallu de peu pour qu’aucun ministre ne soit originaire de l’Est de l’Allemagne. Finalement, le SPD s’est dépêché de trouver une jeune femme, Franziska Giffey, maire de l’arrondissement de Neukölln (situé dans la partie occidentale de Berlin) mais ayant grandi dans l’ex-RDA, et de la propulser au poste de ministre de la famille alors qu’elle n’a jamais exercé de mandat autre que local. Il n’y a encore pas si longtemps, le fait que deux personnalités originaires d’Allemagne de l’Est occupaie...

Boris Grésillon

Géographe, Professeur à l'Université Aix-Marseille, Senior Fellow de la fondation Alexander-von-Humboldt (Berlin)