O Opinion

Médias

L’affaire Claas Relotius : un faussaire à l’heure des fake news

Professeur de littérature et d'histoire des médias

Véritable histoire à retournement final, le scandale qui agite le Spiegel depuis quelques semaines fait suite à nombre d’enquêtes et contre-enquêtes, de promesses et de mensonges dignes du film policier le plus rocambolesque. Mais, au-delà de l’émoi suscité par le sort du héros déchu, que révèle cette affaire s’agissant de l’art si souvent célébré du story telling ?

On pourrait en faire un de ces films qui, à l’instar des Hommes du Président, de The Insider ou plus récemment des Pentagon Papers, viendrait nous rappeler les conditions de possibilité de l’exercice vertueux du journalisme. Et on l’appellerait « Crime et Expiation », malgré le hiatus, parce que ce serait un titre plus juste que « Crime et Châtiment », qui a déjà servi. Pendant le générique, on verrait Claas Relotius, jeune star du reportage, se faire couvrir de tous les prix journalistiques possibles, pour le plus grand bonheur des responsables du Spiegel.

Puis le film commence, on verrait Relotius et Juan Moreno, l’envieux, enquêter en équipe de part et d’autre de la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, avec la rédaction du Spiegel s’enthousiasmant une fois de plus pour les papiers de son reporter vedette, qui n’a pas son pareil pour se mettre des sources dans la poche là où d’autres mettent six mois à ne pas en trouver. Quel talent, de la grâce presque, et comment alors prêter sérieusement attention aux insinuations incrédules de Juan Moreno, un jaloux sans a...

Vincent Kaufmann

Professeur de littérature et d'histoire des médias, MCM-Institute de l’Université de St. Gall, Suisse