Vincent Kaufmann

Professeur de littérature et d'histoire des médias, MCM-Institute de l’Université de St. Gall, Suisse

Vincent Kaufmann est professeur de littérature et d’histoire des médias au MCM Institute de l’Université de St. Gall en Suisse. Il est notamment l’auteur de Guy Debord. La révolution au service de la poésie (Fayard, 2001) et La Faute à Mallarmé. L’aventure de la théorie littéraire (Seuil, 2011) et Dernières nouvelles du spectacle (Ce que les médias font à la littérature) (Seuil, 2017).

Ses publications sur AOC

mardi 01 .05

Opinion

Portrait de Trump en malade imaginaire

par Vincent Kaufmann

Rediffusion édition du 1er mai : Du Malade imaginaire de Molière à Donald Trump, il n’y a qu’une réplique : « You are fired ! », dans une relecture pas si baroque des intrigues de la Maison Blanche. À l’heure où le président américain a nommé son médecin ministre, il campe un Argan plus que convaincant, monopolisant la scène et la parole. À quand la tombée de rideau ?

vendredi 20 .04

Critique

«BettieBook», une vraie lectrice (pas comme les critiques)

par Vincent Kaufmann

Avec BettieBook, Frédéric Ciriez offre un roman hilarant et un diagnostic d’une grande lucidité sur le milieu littéraire contemporain, à coups de revenge porn, d’économie de l’attention et de vidéos YouTube. Le vieux monde de la critique professionnelle y fait face, désarmé, à celui nouveau du numérique, incarnée par d’un côté un critique quadra du Monde des Livres, et de l’autre l’@mazone proche de ses lectrices…

mercredi 11 .04

Opinion

Portrait de Donald Trump en malade imaginaire

par Vincent Kaufmann

Du Malade imaginaire de Molière à Donald Trump, il n’y a qu’une réplique : « You are fired ! », dans une relecture pas si baroque des intrigues de la Maison Blanche. À l’heure où le président américain a nommé son médecin ministre, il campe un Argan plus que convaincant, monopolisant la scène et la parole. À quand la tombée de rideau ?

vendredi 02 .03

Opinion

En Suisse, l’audiovisuel public attaqué par des petits pois

par Vincent Kaufmann

À la veille de la votation qui doit décider de l’avenir de la Société Suisse de Radiodiffusion et Télévision, il faut s’interroger sur un mouvement d’affaiblissement généralisé de l’audiovisuel public en Europe. Les ingrédients sont les mêmes partout : pression libérale, délinéarisation de la consommation mais aussi incapacité des intéressés à remettre en cause un modèle ringardisé. Pourtant des solutions existent.