O Opinion

Politique

De la mobilité à la sécurité, ou l’envers du Grand Débat National

Philosophe

La ministre des transport Élisabeth Borne a annoncé le 23 janvier 2019, le lancement mi-mars d’une plateforme collaborative « pour exprimer nos idées de mobilité », ce grand concert des actrices et acteurs de la mobilité semble toutefois dépasser les enjeux spatiaux. En effet la mobilité, comme force synergique articulant l’espace, le social et le politique et dont le champ d’action inclut déplacement, communication et frontière, semble poser des enjeux sécuritaires qui se font bien plus discrets.

En ces temps d’incertitudes, qui impliquent dans un étrange silence épistolaire le mouvement des Gilets jaunes, « nous devons nous rappeler qui nous sommes », écrit le président Macron dans sa « Lettre aux Français » : « La France est, de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires. C’est aussi une des plus libres ». Mais justement parce que « ce n’est pas un pays comme les autres », il peut être intéressant de faire un petit détour par l’article très général qu’une encyclopédie américaine consacre aux protestations en France depuis 1789. La France est bien connue pour son climat conflictuel écrit Franck Lee Wilson, mais les études montrent que les mouvements de contestation n’y sont guère plus fréquents que dans les autres pays européens. L’originalité française se trouve donc ailleurs : dans le fait que les manifestations tournent rapidement à la confrontation directe avec l’État.

En...

Jérôme Lèbre

Philosophe, directeur de programme au Collège International de Philosophie