O Opinion

Libertés publiques

La folle interdiction administrative individuelle de manifester

Juriste

Loin de défendre le droit de manifester ainsi que ses promoteurs le prétendent dans une novlangue familière à tous les lecteurs de George Orwell, la loi « anti-manifestants » l’abîme et participe, au nom de la défense de l’ordre public, à un abaissement qui désormais semble irrémédiable des défenses immunitaires des libertés individuelles et collectives.

De fortes voix du barreau ont déjà dénoncé ce qu’il est convenu d’appeler la proposition de loi « anticasseurs », qui est plus exactement une loi « antimanifestants », adoptée en première lecture au Sénat le 23 octobre 2018 et à l’Assemblée nationale le 5 février 2019 (voir notamment : Ellen Salvi, « Cette loi anticasseur ne menace pas le délinquant, elle menace le citoyen », Mediapart, 3 février 2019 ; Arié Alimi, « La loi anticasseur, nouvel outil du mécano autoritaire », AOC, 8 février 2019 ; voir aussi la lettre adressée le 5 février 2019 par la présidente du Conseil national des barreaux à la rapporteure de la proposition de loi à l’Assemblée nationale).

Paul Cassia

Juriste, Professeur de droit public à l'Université Panthéon-Sorbonne (Paris I)