O Opinion

Santé

Pour un grand débat sur l’augmentation de l’aide publique française en santé mondiale

Chercheur en santé publique et géographe de la santé

En 2019, la France va tenter de combler le retard qu’elle a pris vis-à-vis de ses engagements pour l’aide publique au développement, notamment dans le domaine de la santé. Pour cela, une loi de programmation et d’orientation de l’aide publique au développement est en cours d’élaboration. Toutefois, le recours à un processus technocratique, non participatif et non fondé sur des preuves concernant les choix techniques soulève des inquiétudes et pousse à suggérer la mise en place urgente d’un dialogue délibératif.

Le Président français a annoncé une hausse sans précédent de l’aide publique au développement d’ici la fin de son mandat. On reste encore très loin des engagements internationaux de porter cette aide à 0,7% du revenu national brut, mais l’engagement politique est important, même s’il n’est pas suffisant selon certaines ONG et l’OCDE. L’aide devrait passer de 0,38% en 2016 à 0,55% en 2022. En valeur absolue supplémentaire, il s’agit d’une somme très importante, à laquelle les acteurs et la bureaucratie du développement ne sont pas habitués.

Publicité

Le domaine de la santé, notamment en Afrique et au Sahel, devrait avoir une part conséquente, vient de rappeler l’Ambassadrice française pour la santé mondiale, énarque et inspectrice des affaires socia...

Valéry Ridde et Emmanuel Bonnet

Chercheur en santé publique et géographe de la santé , Directeur de recherche à l'IRD et chargé de recherche à l’IRD