O Opinion

Société

La fin de la modernité juive, inquiétant livre symptôme d’Enzo Traverso

Sociologue

Réédité en poche, le succès du livre d’Enzo Traverso La fin de la modernité juive interroge et inquiète dans un contexte d’hostilité à l’égard des juifs, qui a pris aujourd’hui en France l’ampleur d’un mouvement social.

Sur le rapport de la gauche dite radicale aux juifs – objet d’interrogation actuel en période d’antisémitisme florissant – circule la rumeur selon laquelle La fin de la modernité juive de Enzo Traverso propose une contribution substantielle. La réédition du livre de poche témoigne de son succès. On y lit en introduction que « Trotski et Kissinger incarnent deux paradigmes antinomiques de la judéité ». Mais comment une proposition aussi aberrante a-t-elle pu se formuler ? Certes, le lecteur pourra préférer Trotski – bien qu’à la tête de l’Armée rouge il écrasa, au nom de la révolution, des révoltes pourtant progressistes – à Kissinger qui inonda le Vietnam de napalm. Mais là n’est pas la question semble-t-il puisque ni les fusils supposés toujours bien orientés ni le napalm déversé sans discernement n’ont de rapport quelconque avec le fait juif.

Alors on reprend pour être certain d’avoir bien lu. Oui, c’est bien cela : Trotski, puis Kissinger, leur succession chronologique, signalent une « mutation de la judéité ». Le juif était contestataire, le voilà à présent conservateur. Le monde intellectuel était révolutionnaire, il est à présent réactionnaire. La mutation de la judéité suit...

Danny Trom

Sociologue, Chercheur au CNRS, membre du Laboratoire interdisciplinaire d'études des réflexivités (LIER)  et du Centre d'études juives (CEJ) de l'EHESS