O Opinion

Environnement

Arrêtons le progrès !

Philosophe

L’épidémie de coronavirus vient mettre à mal la célèbre rengaine : le progrès capitaliste et néo-libéral est bien mis en pause un peu partout dans le monde. La question sera celle du redémarrage, car une relance brutale de l’économie aurait des conséquences gravissimes pour la planète. Il est grand temps de penser une refonte de notre appareil productiviste.

Des chauves-souris qui n’ont cure de l’économie mondiale, cependant contraintes du fait de la destruction de leur habitat de s’approcher du nôtre, un pangolin étourdi n’ayant pu échapper à la pharmacopée chinoise puis, soudain, c’est l’atelier du monde, la Chine, à l’arrêt. La raison : la seconde immixtion d’un coronavirus dans les affaires nationales, le Covid-19 après le SRAS de 2002, Covid-2.

publicité

Ce sont alors des Européens compatissants face à une épidémie lointaine, vaquant à leurs occupations économiques, sans la moindre velléité de veillée sanitaire, alors même que des décennies de gestion néolibérale ont mis à mal les dispositifs publics de santé. Des Américains fustigeant un virus chinois, puis les Européens pour s’être laissés envahir, guidés par un Président combattant le virus par Twitter. C’est un Boris Johnson appelant les Britanniques à refuser le confinement, avec des trémolos churchilliens dans la voix, finissant aux soin...

Dominique Bourg

Philosophe, Professeur ordinaire à la Faculté des géosciences et de l'environnement de l'Université de Lausanne