Dominique Bourg

Philosophe, Professeur ordinaire à la Faculté des géosciences et de l'environnement de l'Université de Lausanne

Dominique Bourg, philosophe, est professeur ordinaire à la Faculté des géosciences et de l’environnement de l’Université de Lausanne.

Il dirige avec Alain Papaux la collection « L’écologie en questions » aux Puf ; il est membre du comité scientifique ou de rédaction des revues VertigO et Esprit. Il dirige la rédaction de la revue en ligne La Pensée écologique.

Il est ou a été membre de plusieurs commissions : la CFDD, la Commission Coppens chargée de préparer la Charte de l’environnement désormais adossée à la Constitution française, le Conseil national du développement durable ; il a vice-présidé la commission 6 du Grenelle de l’environnement et le groupe d’études sur l’économie de fonctionnalité. Il a été membre du conseil scientifique de l’Ademe. Il préside le conseil scientifique de la Fondation pour la Nature et l’Homme.

Ses domaines de recherches concernent l’étude de la pensée écologique, les risques et le principe de précaution, l’économie circulaire, la démocratie écologique et les enjeux métaphysiques de l’Anthropocène.

Dernières publications : Dictionnaire de la pensée écologique, avec Alain Papaux, Puf, septembre 2015 ; Le Choix du pire, de la planète aux urnes, avec Corinne Lepage, Puf, 2017 ; Ecologie intégrale. Pour une société permacirculaire, avec Christian Arnsperger, Puf, 2017 ; Inventer la démocratie du XXIe siècle. Une Assemblée citoyenne du futur, D. Bourg et alii, L.L .L., 2017 et Une nouvelle Terre, Desclée de Brouwer, 2018.

Ses publications sur AOC

mardi 07 .08

Opinion

Il faut sortir du déni écologique

par Dominique Bourg

Le 1er août dernier, l’humanité a franchi le « jour du dépassement ». Les prévisions en matière de changement climatique s’orientent vers le scénario du pire, et l’objectif d’un réchauffement limité à 2° semble de plus en plus inatteignable. Pour faire face à ce qu’il faut bien appeler une accumulation de représentations décalées et d’inertie, il nous faudrait procéder à une ambitieuse remise à jour institutionnelle, que rien n’annonce. Rediffusion d’été

mercredi 04 .04

Opinion

Il faut sortir du déni écologique

par Dominique Bourg

Les nouvelles prévisions en matière de changement climatique s’orientent vers le scénario du pire, et l’objectif d’un réchauffement limité à 2° semble de plus en plus inatteignable. Pour faire face à ce qu’il faut bien appeler une accumulation de représentations décalées et d’inertie, il nous faudrait procéder à une ambitieuse remise à jour institutionnelle, que rien n’annonce.