O Opinion

Société

Ô bobos et logés

Écrivain

En répondant à l’appel d’une organisation sans but lucratif qui s’occupe de distribuer les repas aux SDF – repas payés par l’État –, Régis Jauffret a découvert comment sans proposer de les dépister on les confine deux par deux dans des chambres d’hôtels – également réglées par l’Etat – selon un dispositif prévu pour le plan… grand froid.

Comme disait Edmond Rostand « c’est bien plus beau lorsque c’est inutile ». Voilà donc un petit texte qui ne sera pas laid car, inutile, il ne peut l’être davantage. Je vais vous parler du sort des SDF qui en cette période de pandémie sont confinés à deux par chambre dans des hôtels réquisitionnés sans qu’un dépistage systématique soit effectué avant leur entrée. S’il s’agissait de vous ou moi – ô bobos et logés – non seulement nous n’accepterions pas de partager nos 10 m2 de chambre avec un inconnu, peut-être infecté par le coronavirus, mais au grand jamais on nous ne le proposerait. Nous pourrions protester, qui sait, porter plaine en cas d’infection et nos familles de poursuivre l’État si nous crevions la gueule ouverte étouffés par cette charmante maladie au nom de mousse. Et puis, nous tomberions dans une statistique tôt ou tard et quand on découvrirait le pot-aux-roses on invectiverait gouvernements et corps constitués.

Un SDF contaminé a beaucoup plus de malchance de mourir que le reste de la population. C’est une cohorte de gens usés par la rue, affaiblis, souvent grevés de comorbidités. Malheur aux vaincus et ils ont perdu au grand loto de la société libérale. On les nourrit – c’est...

Régis Jauffret

Écrivain