O Opinion

International

« Depuis quand les Blancs meurent donc comme des mouches ? »

Écrivain

Si l’Europe cumule aujourd’hui près de 175 000 décès liés au coronavirus, l’Afrique reste relativement épargnée. Un certain quidam commente cette actualité scabreuse depuis Douala autour d’une bière avec des acolytes agréés en intempérance éthylique, et s’étonne alors de l’hécatombe : « Depuis quand les Blancs meurent donc comme des mouches, tara ? ». Sans se douter qu’il fait ainsi écho à Michel Serres érigeant l’état sanitaire de l’humanité actuelle en ligne de partage absolument radicale : « Sous les basses latitudes, voici les mortels à qui la tradition réserve le noble nom d’hommes ; voilà aux hautes les immortels qui ne cessent de sucer la boisson d’ambroisie ».

Parisiens et Parisiennes iront-ils donc encore demain à Rungis dès potron-minet faire des emplettes de produits frais sans avoir un furtif frisson rétrospectif, sachant qu’un hangar y a été réquisitionné pour servir provisoirement de morgue ? La croisière létale du Covid-19 sur le théâtre de la frénésie altricielle n’en finit pas de semer la pagaille tous azimuts. Concernant l’origine de l’agent pathogène, une sommité nobelisée en est venue à indexer un incident de manipulation génétique. Les études sur l’étiologie de l’infection se succèdent en se contredisant.

publicité

Des chercheurs évoquent désormais la piste d’une fixation déficiente de l’oxygène par l’hémoglobine pour expliquer la détresse respiratoire : le virus ne s’attaquerait pas directement aux poumons. Empirisme et scientisme se querellent autour de l’administration de la chloroquine, pis que des chiffonniers.

On se croirait presque dans la cour d’un jardin d’enfants. Avec des éclats de...

Lionel Manga

Écrivain