Santé

Universalisme, colorblindness et discriminations racialisées dans le monde de la santé

Psychiatre et anthropologue , Pédopsychiatre et psychanalyste

Le retour sur quelques événements récents permet de saisir combien de nombreux stéréotypes racialisés sont toujours à l’œuvre dans la relation médecin-malade, et ce alors même que la majorité du personnel médical, au nom du principe de bienfaisance, se croit hors de tout racisme ou discriminations. Tant que persistera la position universaliste antiraciste colorblind, il sera difficile d’y remédier.

Au mois d’août 2020, plusieurs évènements se sont télescopés, autour de logiques racialisées révélant différentes logiques conceptuelles, historiques et sociales, qui génèrent des attitudes opposées dans la façon de s’opposer aux discriminations. Passage en revue.

1. Franz Fanon sur France Culture

Commençons par l’excellente série d’émissions d’Anaïs Kien sur France-Culture, « Franz Fanon, l’indocile », qui nous a permis d’entendre un extrait de la conférence de Frantz Fanon, « Racisme et culture », au Congrès international des écrivains et artistes noirs le 20 septembre 1956, où il déclare : « Le racisme est bel et bien un élément culturel. Il y a donc des cultures avec racisme et des cultures sans racisme. » Fanon, né en Martinique en 1925, s’est engagé à l’âge de 17 ans en 1943 aux côtés des forces de la France Libre, pour défendre « la liberté et la dignité de l’homme ». Il est blessé dans les Vosges et décoré. Après la guerre, il fait des études de médecine à Lyon tout en menant des études de philosophie. Dans l’armée de la France libre, puis en métropole, il se trouve confronté au racisme.

Il écrit Peau noire, masques blancs, publié en 1952, qui reste d’une brûlante actualité. Voici ce qu’il écrit sur son expérience. « Notre médecin est un Noir. Il est très doux. C’était le médecin nègre ; moi qui commençais à me fragiliser, je frémissais à la moindre alarme. Je savais, par exemple, que si le médecin commettait une erreur, c’en était fini de lui et de tous ceux qui le suivraient. […] Le médecin noir ne saura jamais à quel point sa position avoisine le discrédit. Je vous le dis, j’étais emmuré : ni mes attitudes policées, ni mes connaissances littéraires, ni ma compréhension de la théorie des quanta ne trouvaient grâce[1]. » De 1953 à 1957, Fanon est psychiatre en Algérie, à l’hôpital Blida, où il accueille des Algériens et des Français pris dans la guerre. Il rejoint le FLN à Tunis en 1957, où il écrit Les Damnés de la terre peu avant sa mort en 1961.

2. Les


[1] Franz Fanon, Peau noire, masques blancs, Le seuil, 2015, p.94.

[2] A ce propos, voir l’article de Laureline Dubuy « Une liste de médecins noirs divise les soignants », publié dans La Croix le 12 août 2020.

[3] « Une liste de médecins noirs divise les soignants », La Croix, 12.08.20.

[4] Didier Fassin, « Nommer, interpréter. Le sens commun de la question raciale. » dans De la question sociale à la question raciale ?, La Découverte, 2009, p.30.

[5] Pap Ndiaye, La condition noire, Essai sur une minorité française, Gallimard, 2008, p.82.

[6] Sur ce point, voir l’entretien de Coumba Kane avec Patrick Simon : « Pour lutter contre le racisme, il ne faut pas invisibiliser la question de la “race” », publié dans Le Monde le 11 juin 2019.

[7] Patrick Simon, 2019.

[8] Patrick Simon, 2019.

[9] Priscille Sauvegrain, « La santé maternelle des « Africaines » en Île-de-France : racisation des patientes et trajectoires de soins », Revue européenne des migrations internationales, vol. 28, no. 2, 2012.

[10] Priscille Sauvegrain, 2012.

[11] Patrick Simon, 2019.

Daniel Delanoë

Psychiatre et anthropologue , Chercheur associé à l'Inserm

Marie Rose Moro

Pédopsychiatre et psychanalyste , Professeure à l'Université de Paris et chef de service de la maison des adolescents de l'hôpital Cochin (AP-HP) à Paris

Rayonnages

Santé

Notes

[1] Franz Fanon, Peau noire, masques blancs, Le seuil, 2015, p.94.

[2] A ce propos, voir l’article de Laureline Dubuy « Une liste de médecins noirs divise les soignants », publié dans La Croix le 12 août 2020.

[3] « Une liste de médecins noirs divise les soignants », La Croix, 12.08.20.

[4] Didier Fassin, « Nommer, interpréter. Le sens commun de la question raciale. » dans De la question sociale à la question raciale ?, La Découverte, 2009, p.30.

[5] Pap Ndiaye, La condition noire, Essai sur une minorité française, Gallimard, 2008, p.82.

[6] Sur ce point, voir l’entretien de Coumba Kane avec Patrick Simon : « Pour lutter contre le racisme, il ne faut pas invisibiliser la question de la “race” », publié dans Le Monde le 11 juin 2019.

[7] Patrick Simon, 2019.

[8] Patrick Simon, 2019.

[9] Priscille Sauvegrain, « La santé maternelle des « Africaines » en Île-de-France : racisation des patientes et trajectoires de soins », Revue européenne des migrations internationales, vol. 28, no. 2, 2012.

[10] Priscille Sauvegrain, 2012.

[11] Patrick Simon, 2019.