A Analyse

Philosophie

Face au présent

Historien

Faire face au présent, le diagnostiquer, c’est aussi percevoir qu’il n’y a pas qu’un seul présent, le même pour tous, mais des présents. Et, de plus en plus, ces présents sont désaccordés. L’économie est en marche, mais tout le monde ne peut la suivre : les plus pauvres s’appauvrissent ; les ressources terrestres s’épuisent. Cela nourrit des mouvements de repli, de refus, de colère.

Avant d’être face au présent, nous sommes dans le présent, puisqu’il est notre lieu et notre milieu. Nous sommes embarqués, et il en fut toujours ainsi pour toutes les communautés humaines. Se mettre face au présent, c’est déjà opérer une première mise à distance. Mais peut-on se mettre face au présent, à la façon du spectateur qui, pour saisir une vue d’ensemble le tableau qu’il a devant lui, recule de quelques pas ? Évidemment pas, puisque le présent n’est le même ni pour tous ni partout, et qu’il est bien difficile de lui assigner des limites sûres.

Malgré tout, existent nombre d’instruments de distanciation, puisque c’est la démarche même de toutes les sciences sociales : observer, mesurer, évaluer, interpréter, comparer. Grâce à ces enquêtes multiples, nous en savons donc, en fait, beaucoup sur le présent ou, plutôt, sur les différents présents. Et même de plus en plus, compte tenu des possibilités qu’ouvre le développement rapide du big data. Mais cet accroissement des connaissances risque aussi d’en ...

François Hartog

Historien, Directeur d'études à l'EHESS