A Analyse

International

Alexeï Navalny, un dissident russe des années 2020 ?

Chercheuse en études russes et soviétiques

La Cour européenne des droits de l’Homme a demandé, mercredi 17 février, la libération immédiate d’Alexeï Navalny, en raison de sa santé. L’opposant, victime d’une tentative d’assassinat est revenu en Russie auréolé du statut de premier opposant à Vladimir Poutine, et certains ont vu en lui la réactivation de la figure bien connue du dissident soviétique. La différence, importante, c’est que qu’ils n’ont jamais cherché à intégrer le pouvoir, même quand la perestroïka avait ouvert la porte. Navalny, lui, souhaite se présenter aux élections et porte un programme.

Le 13 janvier 2021, Alexeï Navalny annonce, depuis l’Allemagne où il est soigné, qu’il retournera en Russie quatre jours plus tard par un vol de la compagnie « Victoire » (Pobeda). Il est rétabli, affirme-t-il, après la tentative d’empoisonnement dont il a été victime en août. Le même jour, le dissident russe Alexandre Podrabinek, qui a purgé des années de relégation et de camp pour avoir, dans les années 1970, dénoncé de façon très efficace les usages répressifs de la psychiatrie soviétique, écrit sur Facebook : « On peut penser ce que l’on veut d’Alexeï Navalny en tant qu’homme politique, mais on ne peut pas ne pas reconnaître son courage. Dimanche 17 janvier, il va revenir en Russie. Il va revenir à une époque où toutes les personnes intelligentes, prévoyantes et prudentes fuient la Russie. Beaucoup de choses ne vont pas chez nous, mais c’est notre pays, et c’est un fait. »

publicité

Ces mots peuvent être interprétés comme la reconnaissance d’une s...

Cécile Vaissié

Chercheuse en études russes et soviétiques, Professeur des universités à l'Université Rennes 2