O Opinion

Écologie

Quand la soif de justice environnementale se retourne contre la protection de l’environnement

Haut fonctionnaire

Début février, le tribunal administratif de Paris a rendu une décision historique en condamnant l’État pour son inaction climatique. Pourtant, les questions vertigineuses que pose l’urgence écologique ne pourront assurément pas être réglées par la seule voie du droit et de décisions de la justice pénale ou administrative. Ce n’est que lentement, péniblement, par le débat démocratique à l’intérieur des nations et dans les enceintes internationales, que des solutions pourront être trouvées.

publicité

En réponse à la crise des gilets jaunes, le président de la République a organisé une Conférence Citoyenne pour le Climat chargée de proposer des solutions acceptables à la crise environnementale. Mais cette conférence n’est-elle pas un simulacre plutôt que la démocratie retrouvée ? L’une de ses propositions phares, la création d’un crime d’écocide dans notre droit pénal, n’empêche pas la régression de notre droit environnemental consacrée par la loi ASAP (accélération et simplification de l’action publique).

Quant à la proposition de ré...

Jean-François Collin

Haut fonctionnaire