Camille Paulhan

Historienne de l’art, Professeure à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon

Camille Paulhan est historienne de l’art, critique d’art et enseignante. Pour sa thèse de doctorat, elle s’est intéressée au périssable dans l’art des années 1960-1970. Membre de l’AICA-France, elle publie régulièrement dans des revues papier et en ligne, spécialisées comme généralistes (02, art press, AWARE, Clubsandwich magazine, Critique d’art, Espace, Esse, Flush, Hippocampe, Josefffine, La belle revue, Marges, Possible, Specific Cheeses, Thankyouforcoming…). Elle enseigne l’histoire de l’art à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon.

Elle a écrit sur le sucre, les œuvres gommées, la transmission en écoles d’art, les artistes femmes âgées, les chefs-d’œuvre d’étudiant·es de la classe préparatoire de l’École d’art de Bayonne, le dessin performé, les métaphores excrémentielles dans les œuvres chocolatées, la moisissure, les champignons hallucinogènes dans l’art contemporain, l’ostension de la couronne d’épines de Notre-Dame de Paris, les œuvres enterrées, les boîtes de conserve, le fromage dans l’histoire de l’art, le milieu de carrière, la pensée métaphysique des chauffeurs de taxis basques, l’avenir de l’art prédit par une cartomancienne, entre autres. Elle a publié récemment Couper à travers les ronces (2021) aux éditions Sombres torrents, ainsi qu’un entretien avec Esther Ferrer (2022) aux éditions Manuella, en collaboration avec AWARE. Elle prépare avec enthousiasme un essai sur la scène artistique à Châteauroux.

Recherches en cours : livres d’or d’expositions, boulettes, ratages de la critique d’art, chewing-gum, techniques de forge, petites énergies, irreproductibilités, ateliers d’artistes, œuvres en convalescence…

Ses publications sur AOC

mardi 14 juin