C Critique

Art

Nicolas Schöffer : réapparition d’un artiste cinétique majeur

Critique

Inventeur du « spatiodynamisme », l’artiste cinétique Nicolas Schöffer a travaillé dans les années 60 et 70 avec de grands moyens industriels fournis par Philips ou Renault et créé main dans la main avec Claude Parent, Maurice Béjart, Pierre Henri ou Carolyn Carlson. Comment expliquer que son œuvre ait soudainement disparu de nos radars ? Avant d’enfin réapparaître ces jours-ci au LAM de Villeneuve d’Asq dans le cadre d’une grande exposition exposition.

Publicité

Pionnier de la cybernétique et inventeur du « spatiodynamisme », l’artiste cinétique Nicolas Schöffer (1912-1992) n’avait fait l’objet d’aucune « grande » exposition en France depuis celle du Musée d’Art Moderne en 1974. Sous l’impulsion de son directeur Sébastien Delot et avec le commissariat de Arnaud Pierre, le LAM de Villeneuve d’Ascq permet aujourd’hui de redécouvrir cette figure majeure de l’avant-garde des Trente Glorieuses. Par sa mise en scène extrêmement soignée, cette exposition, qui dure jusqu’au 20 mai 2018, donne à voir en mouvement les œuvres de l’artiste d’origine hongroise. Et l’on en sort en se demandant, après l’exp...

Yaël Hirsch

Critique