C Critique

Littérature

L’art critique de Jean Starobinski

Critique littéraire

En guise d’esquisse d’un portrait pour rendre hommage à Jean Starobinski, qui vient de disparaître, et afin d’éviter la forme de la nécrologie académique : deux thèmes que l’on n’a pas fini de développer et d’approfondir, tant ils sont au centre névralgique, à l’articulation de toute l’œuvre starobinskienne : la critique d’abord, en majesté, puis, plus brièvement, la mélancolie.

« Artiste et interprète. » C’est par ces mots que Gérard Macé désigne Jean Starobinski en annexe d’un important livre d’entretiens dont le titre, emprunté à Montaigne, résume la démarche de l’artiste en question : La parole est à moitié à celuy qui parlePar ces mots, puis par cette citation, la nature et la qualité de l’œuvre sont soulignées. Certes, ce n’est ni un mensonge ni un rabaissement de qualifier Starobinski de critique, ou, plus largement d’essayiste. Mais il manque alors quelque chose.

Une distance s’établit, que l’on voudrait dire scientifique. Cela au détriment d’un élément essentiel, difficile à cerner et à qualifier mais qui innerve la méthode et toute l’œuvre de Starobinski. Le même Gérard Macé, dans Des livres mouillés par la mer, Pensées simples III, met en parallèle le refus, ou le retrait, au profit de l’activité analytique, de la création littéraire chez Lévi-Strauss et chez Starobinski : repli déçu et attristé pour le premier, serein et...

Patrick Kéchichian

Critique littéraire, Écrivain