C Critique

Cinéma

Virginie Efira rouge sang – sur Sibyl, de Justine Triet

Critique

Ce que Justine Triet s’efforce de faire avec Sybil, son troisième film, tient à un fil. On y trouve autant d’idées, d’ambition, de générosité et d’allant que dans La Bataille de Solférino mais le propos y apparaît serti dans une forme plus unifiée. Demeurent pourtant toujours des aspérités, et c’est tant mieux car comme le disait Truffaut « un film sans défaut est irrespirable ».

publicité

Cette année, il y avait pas moins de sept films français en compétition en Sélection officielle au festival de Cannes. Si trois d’entre eux ont été récompensés (les films de Sciamma, Diop et Ly), le nouveau film de Justine Triet, peut-être le plus achevé à ce jour, est malheureusement reparti les mains vides.

Sibyl (Virginie Efira) veut cesser de pratiquer son métier de psychanalyste pour se consacrer à l’écriture qu’elle avait abandonnée. Son conjoint (Paul Hamy) y semble peu favorable, circonspect. Mais une jeune femme prénommée Margot (Adèle Exarchopoulos) l’appelle pour consulter, et dans le désespoir que celle-ci manifeste, elle décèle un possible sujet de roman. S’ensuivent les séances de psychanalyse de Margo...

Aurélien Gras

Critique, Doctorant en études cinématographiques