C Critique

Littérature

Un corps dansant – à propos de Chavirer de Lola Lafon

Critique

Chavirer plonge, avec une implacable souplesse, au cœur de l’un des sujets qui agite notre temps : le sursaut des femmes contre un système opprimant et manipulateur. Dans ce roman, ce ne sont pas seulement des cœurs qui chavirent, des existences, des candeurs de jeunes filles ; c’est tout un système de silence et de rétentions coupables. Travaillant l’ellipse, le doute et le non-dit Lola Lafon met en lumière le rôle primordial de l’entourage dans le processus de réparation de l’individu.

Cléo tourne en rond entre la cour du collège, la piscine le week-end, les courses au Leclerc, « le samedi devant Drucker, l’assiette entre les genoux ». Elle a treize ans. L’entrée au cours de modern jazz de la MJC de Fontenay est une révélation. Elle y trouve de quoi forcer son corps au surpassement, et gagner le surplomb dont elle est assoiffée face à la vie plate de ses parents, « affalés dans le canapé, le dos rompu de s’être faits à tout ». Et de quoi, surtout, alimenter ce rêve né devant Champs-Élysées : faire un jour partie des danseuses pailletées et souriantes qui enchantent le petit écran. Soudain, l’avenir paraît trouver un sens et offrir la possibilité de passer pour de bon, un jour, les frontières de Fontenay.

publicité

L’apparition de Cathy dans les vestiaires du cours de danse donne de la consistance à ces fant...

Sophie Bogaert

Critique , Éditrice