Sophie Bogaert

Critique , Éditrice

Editrice, Sophie Bogaert est cofondatrice et codirectrice de la collection « Qui Vive », aux éditions Buchet/Chastel, où elle publie des romans français depuis 2011.
Elle est également spécialiste de Marguerite Duras. Elle a notamment coédité Les Cahiers de la guerre (P.O.L, 2006), participé à l’édition critique des Œuvres complètes de Duras en Pléiade (T. iii et iv) et publié un volume d’entretiens de l’écrivain, Le dernier des métiers (Editions du Seuil, 2016).

Ses publications sur AOC

mardi 15.09.20

Critique

Un corps dansant – à propos de Chavirer de Lola Lafon

par

Chavirer plonge, avec une implacable souplesse, au cœur de l’un des sujets qui agite notre temps : le sursaut des femmes contre un système opprimant et manipulateur. Dans ce roman, ce ne sont pas seulement des cœurs qui chavirent, des existences, des candeurs de jeunes filles ; c’est tout un système de silence et de rétentions coupables. Travaillant l’ellipse, le doute et le non-dit Lola Lafon met en lumière le rôle primordial de l’entourage dans le processus de réparation de l’individu.

mercredi 12.08.20

Critique

Unhappy ending – sur Le Tiers Temps de Maylis Besserie

par

Confiné dans la maison de retraite où il va mourir, le Tiers-Temps, Samuel Beckett se regarde lentement vieillir, en écrivant sa dernière œuvre. C’est le sujet du premier roman de Maylis Besserie, Le Tiers Temps. Entre les souvenirs, les réflexions littéraires et les descriptions d’un corps perçu comme inutile, s’intercalent les notes médicales et les commentaires sur la vie des pensionnaires, qui nous invitent à poser un regard nouveau sur la vieillesse, la mort, la création. Rediffusion du 24 avril 2020

vendredi 31.07.20

Critique

Vivre plus loin – à propos de Croire aux fauves de Nastassja Martin

par

Croire aux fauves conte l’histoire d’une initiation mutuelle entre une femme, l’auteure, et un ours qui l’attaque et la mord au visage. Pour ce morceau unique de littérature, l’anthropologue Nastassja Martin invente une écriture inédite où le goût pour le point virgule témoigne d’une pensée en rebonds, une course de rocher en rocher où l’intelligence tournoie, se ramasse sur elle-même pour penser plus loin la métamorphose – celle du corps propre de Nastia, comme celle du monde en train d’advenir. Rediffusion du 20 février 2020.

vendredi 24.04.20

Critique

Unhappy ending – sur Le tiers temps de Maylis Besserie

par

Confiné dans la maison de retraite où il va mourir, le Tiers-Temps, Samuel Beckett se regarde lentement vieillir, en écrivant sa dernière œuvre. C’est le sujet du premier roman de Maylis Besserie, Le Tiers Temps. Entre les souvenirs, les réflexions littéraires et les descriptions d’un corps perçu comme inutile, s’intercalent les notes médicales et les commentaires sur la vie des pensionnaires, qui nous invitent à poser un regard nouveau sur la vieillesse, la mort, la création.

jeudi 20.02.20

Critique

Vivre plus loin – à propos de Croire aux fauves de Nastassja Martin

par

Croire aux fauves conte l’histoire d’une initiation mutuelle entre une femme, l’auteure, et un ours qui l’attaque et la mord au visage. Pour ce morceau unique de littérature, l’anthropologue Nastassja Martin invente une écriture inédite où le goût pour le point virgule témoigne d’une pensée en rebonds, une course de rocher en rocher où l’intelligence tournoie, se ramasse sur elle-même pour penser plus loin la métamorphose – celle du corps propre de Nastia, comme celle du monde en train d’advenir.