Joëlle Zask

Philosophe, Professeure de philosophie politique à l'université d'Aix-Marseille

Enseignante à l’université de Provence, spécialiste de philosophie politique, Joëlle Zask a traduit et introduit en France les oeuvres de John Dewey qui connaissent en ce moment aux Etats-Unis un retour impressionnant après une longue éclipse. En particulier, elle a traduit et commenté Le Public et ses problèmes, ouvrage essentiel pour la compréhension actuelle des problèmes politiques dans un univers incertain. Comme Dewey (surtout dans l’Art comme expérience, disponible en français) elle s’intéresse aux conditions culturelles de nos représentations politiques.

Joëlle Zask est l’auteure de plusieurs ouvrages, dont les plus récents sont Quand la place devient publique (Le bord de l’eau, 2018) et La démocratie au champs (Les Empêcheurs de penser en rond, 2016).

Ses publications sur AOC

mardi 15.09.20

Analyse

Feux de forêt, l’autre ensauvagement

par

Les feux d’une extrême violence qui font rage actuellement sur la côte ouest des États-Unis sont appelés wildfires. Des feux désignés comme sauvages donc, malgré leur nature anthropique, parce que destructeurs, paroxystiques et violents. Par le passé, c’est un autre sens du mot qui prévalait et les feux sauvages l’étaient parce que naturels. Cet affrontement entre les deux aspects du sauvage pose aujourd’hui des questions très politiques.

mardi 16.06.20

Opinion

La communication virtuelle : le nouvel opium du peuple ?

par

Il ne s’agit pas de mégoter sur les services réels que rendent les échanges à distance mais fonder un projet de société sur des relations virtuelles par l’intermédiaire de l’internet, c’est détruire la société. Analogue à la cité construite dans les airs dont se moquait Aristophane dans Les Oiseaux, celle que nous construisons dans les « nuages » est une anti-société. Les relations en face-à-face, dont l’importance est de fait relativisée, sont absolument essentielles. Il faut y revenir.

mercredi 01.05.19

Opinion

Enfants en marche, pour le climat

par

Depuis quelques semaines de très nombreux jeunes marcheront une nouvelle fois pour la planète. Devant la justesse de leurs slogans et de leur conscience écologique, la pertinence démocratique de leurs organisations, la lucidité dont témoignent leurs prises de parole, la sincérité de leur engagement, minorité et majorité semblent entièrement inversées. Rediffusion du 1er mai

vendredi 12.04.19

Opinion

Enfants en marche, pour le climat

par

Ce vendredi 12 avril de très nombreux jeunes marcheront une nouvelle fois pour la planète. Devant la justesse de leurs slogans et de leur conscience écologique, la pertinence démocratique de leurs organisations, la lucidité dont témoignent leurs prises de parole, la sincérité de leur engagement, minorité et majorité semblent entièrement inversées.

mercredi 07.11.18

Opinion

La Plaine à Marseille ou la démocratie emmurée

par

Depuis le 29 octobre dernier, la Plaine à Marseille est ceinte par un mur de béton de 2,5 m de haut. Ce qui était jusqu’à cette date la plus grande place publique de la ville a fait l’objet d’un plan de « requalification » – soit une privatisation lucrative. Alors que d’autres quartiers sont laissés à l’abandon, cet emmurement est le symbole de la violence des politiques d’aménagement urbain et de l’échec de la démocratie.