C Critique

Littérature

La fiction pour suture – sur La Demoiselle à cœur ouvert de Lise Charles

Critique

Un journal, une correspondance, une relation épistolaire ; de l’écriture à son édition, de son dispositif de réception à son système narratif, le nouveau roman de Lise Charles est un phénomène littéraire – un endroit où singulièrement, la littérature peut apparaître dans toute sa complexité, ses subtilités autant que ses irrégularités, son exceptionnalité et sa puissance inexorable.

La littérature n’a jamais cessé d’être cette mécanique redoutable, à l’œuvre dans l’intrigue amoureuse autant que la concaténation d’une tragédie, force souveraine de conspiration, de machinerie, d’engrenage, force de corruption et toujours à même d’envahir la réalité ; mais il faut ce roman de Lise Charles pour nous le rappeler aujourd’hui, avec l’inquiétude d’un frisson dans le dos et l’irrésistible plaisir que l’on trouve à caresser les idées les plus dangereuses. Cette œuvre dense et majeure, parce qu’elle se tient toujours à la hauteur du souci qu’elle attache au fait terrible de l’écriture, rend la littérature à cette portée splendide et impitoyable que nous prêtons plus volontiers à d’autres formes médiatiques, jugées peut-être à tort plus efficaces d’un point de vue politique pour notre époque contemporaine.

publicité

La Demoiselle à cœur ouvert est de ces ouvrages qui, avant même de dé...

Rose Vidal

Critique