Rose Vidal

Critique

Rose Vidal est étudiante en Lettres et Arts à l’université de Paris-Diderot, et élève de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris. Ses recherches portent sur la contemporanéité des formes d’art depuis la Renaissance. Elle est membre de l’État NSK (Neue Slowenische Kunst), qui lui remet en 2016 son passeport diplomatique.

Ses publications sur AOC

mardi 21 .01

Critique

Péguy d’après Dumont — à propos de Jeanne de Bruno Dumont

par

Avec Jeanne, Bruno Dumont achève son hommage à la Jeanne d’Arc de Charles Péguy. Tout en demeurant fidèle au texte théâtral d’origine, le réalisateur vient l’enrichir en tirant profit des potentialités qu’offre le cinéma, pour finalement livrer une comédie politique à la fois incarnée et délicate, épurée mais toujours haletante. Retour critique à l’occasion de sa sortie en DVD.

jeudi 26 .12

Critique

Léonard l’intempestif – sur l’exposition Vinci au Louvre

par

À l’occasion d’une exposition au Louvre et de la réédition de ses Carnets, Léonard de Vinci montre qu’il est, 500 ans après sa mort, avant tout un artiste populaire. Son invention perpétuelle déborde sa propre époque, et le fait qu’il parle à notre présent s’avère un paradoxe : cette figure humaniste résonne en effet davantage avec l’envers de notre époque qu’à son endroit. Rediffusion du 2 décembre 2019.

lundi 02 .12

Critique

Léonard l’intempestif – sur l’exposition Vinci au Louvre

par

À l’occasion d’une exposition au Louvre et de la réédition de ses Carnets, Léonard de Vinci montre qu’il est, 500 ans après sa mort, avant tout un artiste populaire. Son invention perpétuelle déborde sa propre époque, et le fait qu’il parle à notre présent s’avère un paradoxe : cette figure humaniste résonne en effet davantage avec l’envers de notre époque qu’à son endroit.

jeudi 14 .11

Critique

Le contemporain par le détour – à propos de Futur, ancien, fugitif au Palais de Tokyo

par

Jusqu’au 5 janvier, Futur, ancien, fugitif rend hommage au Palais de Tokyo à « une scène française » vivante, riche et foisonnante. Cette exposition dense et variée s’offre au spectateur comme une longue balade à travers un enchevêtrement complexe d’œuvres qui permet de saisir, à travers ses détours, l’air du temps qui caractérise l’art contemporain français.

vendredi 18 .10

Critique

77 de Marin Fouqué, ou l’écosystème de la violence

par

Brillant premier roman de Marin Fouqué, 77 manifeste une poésie de la mise à l’épreuve, une poésie au travail, inlassable et éreintante. Comme dans un titre du groupe de rap PNL, la violence tient le roman non comme son objet, mais comme un principe de fiction et de diction poétique.