O Opinion

Ecologie

Spleen écologique

Philosophe

Le « monde d’après » tant espéré risque fort d’être semblable, sinon identique, au monde d’avant. Alors que nous menacent diverses catastrophes écologiques et autres effondrements, jamais nous ne nous sommes si peu montré prêts à les anticiper, ni même à leur faire face. En cause : le « progrès » tous azimuts d’un certain crétinisme, tant au plan individuel que collectif. Doit-on définitivement désespérer ou peut-on rêver à une possible décrétinisation ?

Plus il prend réellement corps, et plus « le monde d’après » s’éloigne des espérances qui se sont exprimées durant le confinement. Avant même que ne se manifestent crûment les dégâts économiques et sociaux découlant des manque-à-gagner accumulés ces derniers temps, force est de remarquer les braises qui pourraient enflammer les prochains mois. Apprendra-t-on qu’un bateau français a été coulé par la marine turque, avec la complicité de navires trumpistes, aux confins de la mer Égée, dans les eaux territoriales grecques ? En cas de dérapage, quelle serait l’attitude de l’Allemagne, déjà très timorée, avec sur son territoire une importante population turque proche du parti islamiste AKP ?

publicité

Avec cette affaire de recherche d’hydrocarbures en Méditerranée, Erdogan rejoint le club des dictateurs qui cherchent à redéfinir à leur avantage, par le recours aux ...

Dominique Bourg

Philosophe, Professeur ordinaire à la Faculté des géosciences et de l'environnement de l'Université de Lausanne