O Opinion

Politique

Le « moment Benalla » : affaire d’État, affaire d’État de droit

Juriste

Qu’est-ce qui fait de l’« affaire Benalla » une affaire d’État ? Non pas la « dérive individuelle » d’Alexandre Benalla mais bien le cortège de mensonges proférés par les représentants des institutions et leur impunité. Véritable « moment politique », l’épisode soulève de profondes critiques envers l’élite au pouvoir, son « projet », et envers les vices des institutions de la Ve République.

Le scandale né du comportement individuel d’Alexandre Benalla le 1ermai 2018 et de ses répercussions institutionnelles est devenu une affaire d’État par les mensonges dans lesquels les plus hautes autorités publiques se sont embourbées. Il est aussi une « affaire d’État de droit » en ce qu’il invite à repenser la séparation des pouvoirs à la française.

Publicité

Les faits sont simples : au prétexte invraisemblable de s’être senti la nécessité de « prêter main-forte» aux forces de l’ordre, un collaborateur du président de la République et son ami, salarié du parti La République en marche et intermittent de l’Élysée, jouent aux policiers le 1ermai 2018 au Jardin des Plantes et place de la Contrescarpe et, ce faisant, sont susceptibles d’avoir commis plusieurs délits pénaux.

Les conséquences systémiques juridiques, politiques et institutionnelles de ces comportements individuels sont encore difficiles à évaluer. Un mois à peine après leur révélation le 18 juillet 2018 par Le Monde et la découverte subséquente d’une cohorte de bizarr...

Paul Cassia

Juriste, Professeur de droit public à l'Université Panthéon-Sorbonne (Paris I)