O Opinion

International

Après la défaite, que faire au Moyen-Orient ?

Romancière

L’échec est général au Moyen-Orient. La perspective à adopter désormais doit être aussi modeste et inventive que le désastre a été monumental et sans imagination. Comment s’y prendre ? Pas à pas, concrètement, en artisan, faisant le deuil de l’idéal au profit de l’utopie.

Le Moyen-Orient arabe est sinistré de A à Z. L’Irak et la Syrie sont dépecés. Le Liban, rongé jusqu’à l’os. L’Égypte en faillite. La Jordanie sous respiration artificielle. Le Yémen exsangue. L’Arabie Saoudite et les pays du Golfe, réduits à l’état de banques et de puits de pétrole. Israël peut compter sur ces derniers qui sont devenus d’excellents alliés. Netanyahu vient de promulguer la plus inconcevable des lois sans rencontrer de leur part la moindre résistance. Désormais, les citoyens israéliens non juifs sont officiellement indésirables, les colonies légitimes. La partie Est de Jérusalem est enlevée aux Palestiniens par la partie Ouest, celle-là même qui leur avait été enlevée en 1948.

Le tour de passe-passe a provisoirement abouti. La patience soutenue par la brutalité a payé. Le passé est à peine un souvenir. Il croupit dans les livres et les journaux qui lui sont consacrés. 1948/2018 : en 70 ans la Palestine a été méthodiquement effacée. Elle a réglé la dette de l’Europe envers le peuple juif....

Dominique Eddé

Romancière, essayiste