O Opinion

Éducation

Les politiques d’éducation prioritaire en France – un bref état des lieux

Inspectrice Générale de l'Education Nationale et Politiste, Directeur de Sciences Po Lille

L’éducation prioritaire est un axe structurant des politiques scolaires françaises depuis 1981. Pourtant, les études menées sur ses résultats montrent qu’elle n’a pas significativement modifié le déterminisme social affectant les résultats scolaires des élèves concernés. Chargés d’une mission sur le thème « Territoires et réussite scolaire », les auteurs disent pourquoi il convient malgré tout selon eux de conforter, adapter et cogérer la politique d’éducation prioritaire.

La France a mis en place une politique publique dite d’éducation prioritaire en 1981, sous l’égide du ministre socialiste de l’Éducation Nationale Alain Savary. Une circulaire ministérielle publiée dès le 1er juillet 1981 créait des « zones prioritaires » au profit desquelles l’État prévoyait d’allouer des moyens spécifiques dans le but de compenser des inégalités scolaires jugées inacceptables. Il s’agissait alors d’une évolution historique dans le sens où l’État rompait là avec le principe de l’égalité formelle de traitement entre l’ensemble des établissements, des personnels et des élèves et installait ce qui s’apparentait de facto à une politique de discrimination positive.

publicité

Depuis presque 40 ans, cette politique constitue un axe structurant des politiques scolaires françaises. Elle bénéficie aujourd’hui à près de 20 % du total des écoliers et des collégiens[1]. ...

Ariane Azéma et Pierre Mathiot

Inspectrice Générale de l'Education Nationale et Politiste, Directeur de Sciences Po Lille