O Opinion

Politique

Le libéralisme politique comme pensée de l’émancipation

Politiste

Se dire libéral et, simultanément, de gauche est depuis quelques temps étrangement perçu, par un nombre croissant de personnes, comme une sorte d’oxymore. Pourtant le libéralisme politique apparait comme le meilleur rempart à l’alliance du néolibéralisme et de l’identitarisme. C’est en effet le programme du libéralisme politique que de respecter les singularités individuelles, tout en restant attentif à la diversité collective, d’affirmer à la fois le primat de la souveraineté individuelle, les valeurs de pluralisme, d’égalité et de solidarité.

La méconnaissance de la véritable nature du libéralisme politique n’épargne aucun milieu intellectuel. Aussi se vouloir libéral et, simultanément, de gauche, est-il perçu comme une sorte d’oxymore. L’objectif de ce texte est de dénoncer ces fausses évidences.

publicité

Le libéralisme désigne pourtant depuis le XIXe siècle, une doctrine favorable au développement des libertés. Il est largement précédé par la revendication de liberté, présente depuis la Renaissance et la Réforme. La Révolution française exprime cette aspiration, commune à l’Europe entière, et qui, le plus souvent, se conjugue avec la conquête de la liberté économique si bien que la liberté dont parle la philosophie politique libérale est souvent confondue avec celle que revendique la théorie économique néo-classique. Or, le libéralisme politique perd sa raison d’être, c’est-à-dire sa portée émancipatrice, s’il n’adjoint pas au primat de la souveraineté individuelle, les valeurs de pluralisme, d’égalité et de solidarité.

Pluralisme et libéralisme

Qui dit société libérale, dit pluralisme, celui d...

Alain Policar

Politiste, Chercheur associé au Cevipof