O Opinion

Société

Politique du nombre de morts

Sociologue

Pourquoi renoncer à la plupart de nos libertés pour sauver des vies ? Question osée mais inexistante dans le débat public car jugée indiscutable. Cette question des vies est suspendue à celle des chiffres bien incertains, voire faux, mais qui, chaque soir, rappellent la mort qui s’étend dans notre pays. Les chiffres et les affects vont de pair, ils sont au cœur de la crise. Et pourtant, ils sont l’objet de bien peu de débats.

Osons une question inconvenante : pourquoi est-il si important de « sauver les vies » du Covid-19 ? Ce choix social est massif, évident, indiscutable, au point de demander à la population d’accepter de renoncer à la plupart des libertés publiques, dont celle de réunion et d’aller et venir, au point d’arrêter presque complètement l’économie, qui est en train de s’enfoncer dans des creux abyssaux et, pour finir, au point de faire taire toute critique — sauf peut-être en acte, de ceux qui ne supportent plus de rester enfermés et vont se promener entre copains, et suscitent d’ailleurs de sérieuses réprobations. Pourquoi sont-ce les vies individuelles qui l’emportent sur les libertés ? Sur l’économie ? Sur le débat démocratique ?

publicité

Comment se fait-il qu’une option politique aussi autoritaire se soit imposée et continue de s’imposer aussi aisément, partout dans le monde, et particulièrement dans un pays dont le président dit pourtant qu’il est composé de «...

Emmanuel Didier

Sociologue, directeur de recherche au CNRS, membre du Centre Maurice Halbwachs, un laboratoire de l’ENS et de l’EHESS.