O Opinion

Société

La revanche du corps

Philosophe

En faisant disparaître les visages et en maintenant l’éloignement des corps, le déconfinement progressif retarde douloureusement le retour à la normalité relationnelle de nos existences, dont nous avons été privés au début de la crise. L’intersubjectivité, rendant possible notre propre subjectivité, est entravée. Nous réalisons alors intimement que, n’en déplaise au mythe néo-libéral, nos corps ne sont pas de simples outils, mais bien le lieu et la condition même de notre être-au-monde.

À mesure que les semaines de confinement succédaient aux semaines de confinement, tandis que la maladie frappait et épuisait, la réalité incarnée de nos existences s’est imposée. Peu à peu, nous avons pris conscience de ces corps que nous devions à la fois protéger, contraindre et réconforter. Ce n’est pas tant que nous les ignorions jusque-là, mais ils étaient à notre service – pensions-nous, les outils utiles de nos vies quotidiennes. Avec l’enfermement, cette dimension pratique s’est effacée pour progressivement révéler le lien d’essence qui nous lie à nos corps. Au moins pour un instant, la crise aura ainsi modifié l’idée que nous nous faisons de notre condition humaine en ramenant au devant de sa définition notre foncière incarnation.

publicité

Selon une tradition dualiste bien enracinée, nous considérons et éprouvons nos corps sous le double signe de leur instrumentalité et de leur efficacité. Ils sont la forme de notre présence, le moyen de nos actions, le véhicule de no...

Camille Froidevaux-Metterie

Philosophe, Professeure de science politique et chargée de mission égalité à l’Université de Reims Champagne-Ardenne