O Opinion

Société

Le commun à l’épreuve du virus

Sociologue

Avec l’épidémie de Covid-19, nombreux sont celles et ceux qui semblent (re)découvrir la vertu des communs, même parmi les premiers zélateurs ces dernières années de l’individualisme néolibéral. La crise actuelle met en lumière l’incohérence des politiques publiques dans la gouvernance des communs, et fait espérer le retour d’un contrôle plus démocratique, par exemple sur les communs numériques au cœur de la crise actuelle.

Au sortir d’une crise sanitaire majeure, qui pourrait un jour rebondir et qui continue de frapper d’autres continents, l’éloge des communs pourrait presque apparaître comme une platitude, tant il a semblé évident que le commun, au travers notamment de services publics puissants et de la solidarité sociale, était une nécessité vitale.

Délaissé depuis un demi siècle au profit d’un capitalisme de plus en plus glouton et intrusif, le commun est donc revenu à l’honneur, quoique sous des formes souvent ambigües, justifiant par exemple un confinement drastique de toute la population pour endiguer l’épidémie et éviter l’engorgement des hôpitaux, ou encore la rupture des contacts physiques directs au profit d’une communication à distance entièrement dépendante des réseaux numériques. Nous avons ainsi vécu trois mois de restrictions inédites des libertés publiques, avec une police omniprésente dans la rue et sur les médias, et dans la communication officielle un déferlement de maternalisme politique faisant de la philosophie du care une méthode d’infantilisation de la population adulte, sommée, pour son bien, de se plier à des consignes aussi tatillonnes qu...

Patrick Pharo

Sociologue