A Analyse

Éducation

Insertion professionnelle, mode d’emploi

Sociologue

Les mesures Parcoursup et et la loi ORE entendent instaurer la sélection et individualiser les parcours à l’université. Mais qu’en est-il de l’après ? Qu’elle soit affichée ou non, qu’elle soit organisée par l’institution ou non, la professionnalisation des étudiants reste un objectif prioritaire des formations de l’enseignement supérieur. À travers elle, il s’agit d’interroger la construction de l’expérience de la jeunesse en France, et en particulier celle de l’acquisition de l’autonomie des jeunes.

La réforme actuelle de l’université se fixe comme objectif de lutter contre les erreurs d’orientations des étudiants. Par la définition de prérequis et l’introduction de la sélection à l’entrée de la première année, il s’agirait de prévenir l’échec des étudiants aux profils scolaires inadaptés et de distribuer a priori au mieux les candidats à l’enseignement supérieur dans une formation faite pour eux.

Publicité

Récemment, dans ces colonnes, Sophie Orange et Romuald Bodin soulignent ainsi que le projet de loi sur l’orientation et la réussite des étudiants rejoue l’intolérance historique de notre système d’enseignement supérieur à l’égard des tâtonnements, des bifurcations, des essais/erreurs dans les parcours d’études des jeunes. Parcoursup pourrait contribuer à renforcer la linéarité des parcours et à entretenir un idéal de placement professionnel précoce. Faire ses études le plus vite possible, éviter les errements, pour s’ins...

Romain Deles

Sociologue, Maître de conférences à l'université de Bordeaux