A Analyse

Idées

Le chercheur en sciences humaines et sociales : un modèle de l’intellectuel au XXIe siècle

Journaliste

L’intellectuel du XXIe siècle est un chercheur partagé, écartelé entre les normes académiques et celles du monde médiatique, entre sa fragilisation économique comme statutaire et l’injonction institutionnelle à valoriser ses travaux. Alors qu’il perd son prestige, se pose de manière aiguë la question de sa reconnaissance. Mais une reconnaissance par qui, et pour quoi ?

À quoi ressemble une vie de chercheur ? Le flou programmatique de sa fonction aux yeux d’un public profane se mêle aujourd’hui à un trouble existentiel exprimé par les intéressés eux-mêmes. « La vie de laboratoire », pour reprendre le titre d’un vieux livre de Bruno Latour et Steve Woolgar, inaugurant dès la fin des années 1970 un courant abondant d’études savantes sur les conditions de production des faits scientifiques, s’est tellement transformée ces vingt dernières années qu’elle suscite de plus en plus de réflexions, oscillant entre colère et résignation, entre combat contre ses nouvelles normes et intériorisation mécanique de la plupart d’entre elles.

La figure particulière du chercheur en sciences humaines et sociales (SHS) incarne à elle seule la difficulté actuelle à faire exister les faits scientifiques dans le débat public : les faire connaître en dehors du monde académique, autant que les produire, compte tenu des contraintes qui pèsent sur les conditions de travail. Car tout a changé depuis vingt ans dans l’exercice du métier de chercheur en SHS : le nombre croissant des universitaires ; la précarisation des statuts et des conditions de vie, liées à cette massification et aux politiq...

Jean-Marie Durand

Journaliste