A Analyse

International

Le Monde du virus – une performance géographique

Géographe

Le coronavirus SARS-CoV-2 se révèle un opérateur géographique global qui agit sur le « Système-Monde ». Dès que quelque chose advient quelque part, cela déclenche des réactions partout, avec des effets parfois sans commune mesure avec l’impulsion initiale. Dès lors plus rien n’est insignifiant, le moindre fait recèle un potentiel imprévisible. L’actualité s’affole et le récit de la mondialisation s’en trouve perturbé.

De manière aussi remarquable qu’inattendue, Sars-Cov-2 a réussi à entraver en quelques semaines la marche du système-Monde. Nous restons encore un tantinet incrédule qu’un micro-organisme transitoire, inconnu au bataillon, qui a besoin d’un corps vivant pour se pérenniser en se multipliant, ait pu s’imposer comme opérateur géopolitique global et agir bien au-delà de son ordre de grandeur qui est celle des individus qu’il contamine, et bien au-delà aussi de sa sphère d’action qui est celle des organismes infectés, pas celle des mobilités, des activités de production et des marchés mondiaux, ni celle des politiques monétaires des banques centrales.

Un telle puissance d’intervention du virus est d’origine géographique, car il tire parti des caractéristiques du Monde contemporain et s’affirme comme un « opérateur spatial » redoutable, sans rival à ce jour, c’est-à-dire une entité qui réalise des opérations spatiales (ici des transmissions interpersonnelles importantes qui rendent possible une diffusion épidémique de grande portée), dotées d’effets spectaculaires sur toutes les autres entités auxquelles il se lie – lui fussent-elles incommensurables.

Le Mon...

Michel Lussault

Géographe, Professeur à l’Université de Lyon (École Normale Supérieure de Lyon) et directeur de l’École urbaine de Lyon