Sophie Benard

Philosophe, doctorante à l'Université de Picardie Jules Verne
Sophie Benard, critique, est doctorante en philosophie à l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens. Elle travaille sur les inégalités de genre dans la littérature. Elle collabore au Monde des livres (catégorie « essais »).

Ses publications sur AOC

vendredi 09.10.20

Critique

De la patience à la résignation – à propos des Impatientes de Djaïli Amadou Amal

par

Présenté comme une « fiction inspirée de faits réels », Les Impatientes de Djaïli Amadou Amal retrace le destin de trois femmes peules, victimes d’une société régie par un patriarcat particulièrement brutal et cruel. Une société dans laquelle on est mariée, jeune, par son père. Mais ce que tend à montrer l’autrice, elle-même mariée de force dans sa jeunesse, c’est que la « libération » individuelle, aussi épineuse soit-elle, demeure possible. Et que la patience n’est pas simple résignation.

mardi 30.06.20

Critique

Ivre de pluie et d’ennui – à propos de Dans la joie et la bonne humeur de Nicole Flattery

par

Loin des récits épiques de l’émancipation, Nicole Flattery restitue avec Dans la joie et la bonne humeur, un inévitable de la condition féminine et humaine. Subtiles, les nouvelles réunies dans ce premier livre dévoilent l’intimité de femmes toujours déjà au bord de la rupture, pour y faire jaillir ce qu’il reste, chaque fois : les mots. Dans la courbure de ces dos voûtés de femmes, le rire l’emporte sur la résignation. On rit beaucoup, en effet, moins contre elles qu’associé à leurs déboires, de ces tempêtes dans un verre d’eau, de ces drames banals des illusions perdues.

mardi 21.04.20

Critique

Les États-Unis à portée de clic – à propos Éclats d’Amérique d’Olivier Hodasava

par

S’évader sur les routes des États-Unis, rencontrer les anonymes qui les arpentent, croiser les stations-service désertes… C’est ce que propose Olivier Hodasava dans Éclats d’Amérique. Chroniques d’un voyage virtuel, où il relate ses ballades américaines dans les prises de vue de Google Street View. Un voyage dans les recoins ignorés d’un pays trop connu, à travers son imaginaire créatif et littéraire.

vendredi 31.01.20

Critique

Intimité et effondrement moral – sur La séparation de Sophia de Séguin

par

La séparation de Sophia de Séguin prend la forme d’envolées intimes, fiévreuses, comme tirées d’un journal par hasard arrivé sur les planches éditoriales. Son écriture, crue, acharnée, dont le cynisme franc permet l’humour, est celle d’un effondrement qui se passe de lamentations ; et rappelle que l’insupportable, en la matière, est moins de ne pas être aimé, que de ne plus – pas – aimer.