Joachim Lepastier

Critique

Après des études d’architecture et de cinéma, Joachim Lepastier cherche à établir des passerelles intellectuelles et formelles entre le cinéma, l’architecture et l’urbanisme. Cette réflexion a été entamée en 2007 avec l’ouverture du blog 365 jours ouvrables, qu’il continue à entretenir plus ou moins régulièrement. Il a ensuite été critique aux Cahiers du Cinéma de 2009 à 2020. Il a également rédigé plusieurs documents pédagogiques à destination des enseignants, lycéens et collégiens, et intervient régulièrement en milieu scolaire pour les dispositifs du CNC, « Lycéens et Apprentis au Cinéma » et « Collège au Cinéma ». Il enseigne également à l’IESA (École des métiers de la culture) ainsi qu’à L’École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles.

Ses publications sur AOC

vendredi 15.01.21

Critique

Paresse créative et vérité alternative – sur Slacker de Richard Linklater

par

Trente ans après sa réalisation, Slacker de Richard Linklater, l’un des films phares du cinéma indépendant américain connaît enfin les joies d’une édition DVD-BR française. Celle-ci est même complétée par la traduction du Slacker Book, manuel et manifeste du cinéaste. Faisant corps avec son territoire, le Texas, et annonciateur d’un état d’esprit de l’époque, le Grunge, Slacker se déguste aussi très bien hors de son temps. Sa nonchalance digressive, son art du délire verbal et ses élucubrations même irrationnelles, en font aussi un magnifique antidote poétique contre la post-vérité et autres faits alternatifs.

vendredi 02.10.20

Critique

La révolution tranquille d’Hong Sang-Soo – à propos de La femme qui s’est enfuie

par

Dans la vie d’un cinéphile, chaque nouveau film de Hong Sang-Soo, le plus prolixe des auteurs contemporains, est un rendez-vous régulier. Mais loin de simples effets de connivence, l’art du cinéaste n’a cessé d’accueillir d’infinies variations, et même de se transformer, en son sein. La femme qui s’est enfuie, son 25e long-métrage constitue même une petite révolution, en regard de ses premiers films du début des années 2000. En attendant les prochaines mutations de cette œuvre toujours en mouvement.